dimanche 4 octobre 2015

Viva España !

Une nouvelle fois, nous partons sur les routes espagnoles !
Il faut avouer que nous nous y sentons bien, après 4000 kms du nord au sud , d'ouest en est ...et d'est en ouest !!!
Tout en prenant les mesures de sécurité élémentaires, comme partout ailleurs,  nous sommes zen sur nos "bicis" car les chauffards espagnols sont rares. La plupart du temps, les conducteurs respectent la distance de sécurité de 1,50m rappelée régulièrement sur les panneaux de signalisation, et ils sont patients et tolérants.  Nous privilégions bien sûr le réseau secondaire mais s'il nous arrive de devoir emprunter des routes plus importantes, elles ont presque toujours une bande suffisamment large pour que nous nous sentions en sécurité.

Le Pays Basque

Nous quittons Soustons par une chaude journée d'Août.
Paul aimerait bien être du voyage ...bientôt !
Le début du voyage est cool sur les pistes des Landes. 
                
 

                        Bayonne, Biarritz et ses plages bondées.
Nous n'irons pas au-delà de Bidart car un début de tendinite nous titille...il fait 40° et nous n'avons pas assez bu.
Le 1er camping sur notre route n'est pas le moins cher... "Le Pavillon Royal" c'est un 5*, royal !!! : 49€ pour une petite tente et 2 vélos !
Bon, il va falloir se ressaisir pour le reste du voyage.
Le lendemain, nous longeons la belle Corniche Basque de Saint Jean de Luz à Hendaye pour arriver à Fuenterrabia au pied du Jaizkibel.


D'ailleurs le camping porte le même nom. La nuit est agitée puisque nous essuyons notre premier orage !
Avant de partir, il faut tout sécher...les joies du camping ! mais le soleil est là pour l'ascension du célèbre Jaizkibel, qui doit nous offrir un panorama de choix. La route est jolie et nous profitons du balcon sur la côte et le pays basque.










Nous continuons vers San Sébastien où nous arrivons en plein après-midi.







ensalada con "gulas" (petites anguilles): un délice !
après la nuit à l'auberge de jeunesse
nous décidons de suivre la petite route du mont Igeldo (407m) et de longer la côte basque au plus près jusqu'à Mutriku.

Nous rentrons en BIZKAIA.



Nous suivrons souvent "le camino del norte" qui mène à Santiago de Compostela





Le camping de Mutriku est très agréable, il surplombe l'ancien port baleinier.

la route côtière  sinueuse de Ondarroa à Lekeitio est splendide





pause pour un bain de mer à Lekeitio

mais il faut bien repartir !




A Alantxobe un ingénieux système a été mis en place pour que les bus fassent demi-tour dans l'impasse.  Le véhicule tourne à 180° grâce à une plaque pivotante, et peut ainsi repartir d'où il est venu en toute tranquillité. Il fallait y penser ! On n'a pas essayé avec les vélos !

video

Beaucoup de dénivelés jusqu'à l'embouchure de la Ria de Guernika. C'est à Playa Laila que nous faisons notre première halte, 2 nuits en camping tout près de plages magnifiques.




Au matin, grosse chaleur. Nous remontons la ria jusqu'à Guernika.
Casa de Juntas
 
l'arbre de Guernika

reproduction en céramique de l'oeuvre de Picasso
Pour parcourir l'autre rive de la ria, nous prenons un train car il souffle un sirocco à 40°. A Bermeo, nous trouvons un endroit sympa pour le picnique, près d'un cimetière pour se rafraîchir.



le suanctuaire de San Juan de Gaztelugatxe
Après une route épuisante à cause de la chaleur, nous passons la soirée à la plage de Bakio.
Aujourd'hui, il fait plus frais...30° ! on est en forme pour grimper le petit col qui nous mène vers la récompense : un paysage grandiose !




il faut bien garder la forme !

  BILBAO
Nous nous installons au camping Sopelana à l'entrée de la ria de Bilbao d'où part la ligne de métro L1. Très pratique pour aller visiter la ville en toute quiétude.
le métro dessiné par Sir Norman Foster
Bilbao, ancienne cité industrielle, qui était surnommée el botxo, le trou, a su se réinventer grâce une architecture audacieuse.
Nous commençons par la visite du "Museo de Bellas Artes", très riche.


puis une longue balade le long du Nervion ou édifices traditionnels côtoient les réalisations contemporaines.

"Maman" de Louise Bourgeois



le musée Guggenheim



Dans le casco viejo, c'est la fête. Les derniers jours de la "grande semaine", 9 jours de parades, animations, concerts...et bière à flot !


L'occasion de déguster le fameux jambon et bien sûr les pinxos.

pinxos au boudin et jambon

Pour franchir la ria et atteindre Portugalete, nous empruntons le Puente Golgente, un magnifique transbordeur qui nous rappelle celui de Rochefort. C'est le plus ancien transbordeur du monde.
video

Un peu plus loin, un escalator nous aide à grimper la colline de Portugalete. Il est le bienvenu !

Ensuite, une magnifique piste cyclable nous propulse directement sur la côte aux portes de la CANTABRIE.

Bon, un petit passage délicat mais ça passe... 

camping et baignade à Islares
Après une nuit arrosée au camping d'Islares, nous roulons sur la N634 , seule route possible...mais que de côtes interminables. 
Pour corser le tout, on nous conseille d'aller voir la soit-disant belle playa San Julian. Peut-être...bien que !!! 
Pour "l'apercevoir", il faut quand même franchir une côte à 20%; ça nous apprendra à jouer les curieux !

la grosse station de Laredo 


A l'auberge de jeunesse de Santoña, plus de place. On nous propose une grande tente avec matelas. Quel confort et pas besoin de planter la nôtre d'autant plus que l'orage gronde toute la nuit.

playa de Berria

magnifiques hortensias



traversée de Somo à Santander sur un petit rafio

Santander







la plage d'El Sardinero


Isla de la Virgen del Mar


à la fin de l'étape, il faut reprendre des forces...

          Aujourd'hui, nous longeons le parc naturel de Las Dunas de Liencres


belles maisons à Santillana del Mar




Eglise médiévale de Cobreces




sur le Cabo de Oyambre


quelquefois, il faut pousser...




arrivée sous un ciel menaçant à San Vicente de la Barquera







et toujours le sigle du chemin de St Jacques

Après une journée de repos forcé pour cause de grosses pluies, nous décidons de quitter la côte pour nous enfoncer dans le massif des Picos de Europa. Pour éviter la N 621, réputée dangereuse, nous empruntons la CA 181...tranquille mais un peu escarpée ! le temps n'est pas au beau fixe mais ça doit s'arranger...on y croit.









un abri bien agréable pour se préparer un plat de pâtes

2 chaises, une table...quoi de mieux ?



















cool sans sacoches !



nous arrivons à Potes, la porte des Picos de Europa



nous plantons la tente pour 2 jours au bord de la rivière
Nous passons la journée au cœur du massif, à Puente Dé.
Pas de randonnée comme la plupart des visiteurs, mais plutôt balades tranquilles et sieste dans ce bel écrin.
















nous quittons le camping de Potes

le défilé de la Hermida





 Les Asturies








pause sportive

pic-nique reconstituant dan le joli parc de Panes le long du rio Cares

el rio Cares
concentraciòn !







camping  à Arenas de Cabrales 

avec bain de pieds bien glacé




vue sur le Naranjo de Bulnes 2519m 






le pont romain de Cangas de Onis

on est au pays du cidre







baignade dans la Sella
camping de Arriondas
tout est prêt ?
les premiers lacets vers le mirador del Fito 625m
un peu de brume 





il faut encore grimper
pour admirer le paysage embrumé






et bien se couvrir avant la descente...

La Isla








visite d'une célèbre cidrerie











quel accueil au Carlos I ! un petit hôtel plein de charme.

rencontre de 2 jeunes ciclo-pelegrinos
un p'tit brin de causette
la cidrerie vue de l'autre rive de la ria

la ria de Villaviciosa à marée basse
horreo = grenier sur pilotis

belle exploitation de pommiers






place de choix face à Gijon
la mer à nos pieds 




l'heure de l'apéro !

une belle piste fait le tour de la baie de Gijon



vendredi matin : ambiance footing sur le front de mer





le soleil apparaît












Avilès


  
AVILES est une ville très agréable mais la sortie de la ville en suivant le "camino" s'avère très éprouvante ! pour la première fois, nous devons pousser nos 2 vélos !


A Santa Maria del Mar, on se pose au camping las Gaviotas (cher et moche) et nous découvrons la spécialité locale, el "cachopo", un peu bourrative !               
capocho = légumes et jambon entre 2 escalopes de veau panées
video
le tout arrosé d'un cidre servi en "cascade", le bras droit à la verticale au-dessus du verre. Une méthode qui demande concentration et beaucoup d'expérience ! 
...à éviter dans sa salle à manger...surtout si on est maniaque !
CUDILLERO  village très pittoresque de la côte des Asturies, encastré dans la falaise.






Après un pic nique au cœur du port, nous devons sortir de ce trou par une route en lacet particulièrement difficile.




mais quel spectacle !



Nous nous accordons 2 jours de repos à San Pedro de la Ribera, un charmant hameau déserté par les touristes en cette saison.









 Les dénivelés se succèdent le long de la Costa Verde, magnifique et      spectaculaire.


la playa del Silencio





un authentique horreo 

un horreo transformé en habitation




on aime les abris bus


LUARCA








                         





 Avis de tempête. Impossible de franchir le pont qui enjambe la ria de Ribadeo. Nous restons 2 nuits à Figueras, un joli petit port avec vue sur Castropol.






Après un agréable séjour à l'albergue "Camino del norte", chez Jesus,  le temps s'est un peu calmé et nous reprenons la route.
Après le pont, nous sommes à Ribadeo, en GALICE




en Galice, les horreos sont en pierre




la visite de la splendide "praia as catedrais" est très réglementée.



















Nous arrivons dans la région des Rias Altas













les galerias (balcons vitrés)
































A Ferrol, nous sommes accueillis chez Julia, une WS très sympa. Elle vit dans un bel appartement typique de la célèbre calle Magdalena.
Julia nous propose une balade en voiture le long de la ria de Ferrol jusqu'au coucher du soleil, un très bon moment, avant un dîner végétarien.















Matinale et sportive accomplie, Julia prépare sa sortie VTT. Quant à nous, nous prenons la route des rias en direction de La Corogne.



le marché aux poissons, visite incontournable
pulpos

percebes (pouces-pieds)

bogavante (homard)



 Nous arrivons à La Corogne sous un soleil radieux. C'est dimanche et chacun profite des plages qui bordent la ville.
















sur la pointe nord de la presqu'île se dresse la Torre de Hércules, classée au patrimoine mondial de l'Unesco en 2009.













Nous sommes naturellement accueillis chez Natalia, une WS très sympathique.
Elle nous offre le couchage pour 2 nuits, ce qui nous permet de souffler un peu et de découvrir La Coroña ou A Coroña (en galicien)  et ses nombreuses galerias.










L'ayutamiento sur la Plaza Maria Pita

Maria Pita, la "Jeanne d'Arc" de Galice.










Nous quittons A Coroña sous un ciel menaçant par une route AC552 très fréquentée. A Carballo, nous sommes soulagés de pouvoir la quitter enfin pour atteindre la Costa da Morte (la Côte de la Mort), un littoral sauvage.




















déjeuner à l'ombre du donjon









Nous faisons étape à Muxia, un petit port de pêche pittoresque. La terrasse de l'auberge de jeunesse très confortable, domine toute la côte.






El sanctuario da Virxe da Barca

































des pieds de plus en plus nombreux !





Il fait 28°, rare en Galice. La route est très éprouvante mais le spectacle est à chaque virage.



tri du maïs



on mérite bien una tortilla de patatas !
au fond à droite le cap fisterra













trop tentant, on se jette dans l'océan glacé !
mais bien sûr, il faut pousser pour s'extraire de la praia de Buxan

arrivée à Fisterra. objectif atteint !

Après notre installation à la pension Lopez, chez les nains de jardin (!!!), nous filons admirer le coucher de soleil au Cabo Fisterra à 5kms de là.


le phare



C'est vrai, notre but initial, Fisterra, est atteint...mais nous avons envie de continuer à rouler sur cette côte merveilleuse pour aller découvrir les rias baixas.
Nos mollets sont affûtés, alors pourquoi pas ?
mais pour continuer, il nous faut du carburant...local bien sûr ! au très bon restaurant Don Percebe à Fisterra.

les fameux pimientos de Padròn
(grillés au sel)
parillada



















superbes maisons en granit





dans le village de Carnota, le plus long horreo de Galice mesure 34.50 m


et la plage se déploie sur 7 kms !





                               
 
                                   Brume de chaleur à Muros 




  






                                  ria de Noia





                                                   NOIA








 Souci photographique : notre "bridge" a rendu l'âme et le petit APN a  dû avoir un choc !!!  
 résultat : les dernières photos sont légèrement surexposées....le bleu domine, normal en Galice !



chaque pêcheur possède sa parcelle
la lonja en plein boom


déjeuner près du port de Vilagarcia de Arousa






baignade à la isla de Arousa

trop bon ...
belle étape à Cambados
 
restau O'Solar à Cambados
mariscos


 

 





Pontevedra
 

















VIGO : prêts à prendre le train pour IRUN (12h)

L'Espagne du Nord-Ouest se gagne durement mais que de bonnes surprises ! 
Nous avons parcouru 1600 kms de Soustons (FR) à Vigo (ESP) en 34 jours pédalés et 9 jours de repos et visites.

Route 3 404 824 - powered by www.bikemap.net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire